fr    en

Faire du théâtre ?

Le Théâtre Universitaire Royal de Liège (TURLg) accueille tous les passionnés, universitaires ou non, des diverses techniques du spectacle. Il leur propose d'élaborer des spectacles choisis en fonction de leur intérêt et des possibilités de la troupe constituée. Plusieurs créations sont mises en chantier chaque saison par différents groupes constitués selon les besoins des productions. Les spectacles créés sont tournés la saison suivante en Belgique et à l'étranger.

Le TURLg est depuis longtemps un habitué des grands festivals internationaux de théâtre étudiant à travers le monde, de la Hongrie au Québec, de l’Afrique du Nord à la Lituanie, de la Bulgarie au Mexique ou au Venezuela.

Depuis 1983, le TURLg organise annuellement à Liège des Rencontres internationales de Théâtre universitaire (RITU).

Il organise aussi des ateliers pratiques semestriels pour enfants, adolescents, étudiants et adultes, ainsi que des stages intensifs pendant les vacances.

Il est le siège officiel de l’Association Internationale du Théâtre à l’Université (AITU), dont il a assuré la présidence jusqu'en 2008.

« De la méthode turlgienne »

On peut parler bien avant de savoir lire et écrire (même les petits Chinois !).

On peut faire de la musique bien avant de savoir le solfège.

On peut monter sur « les planches » bien avant de savoir ce qu'est le théâtre, voire même que ça existe. Ah, les petites têtes blondes «clowns»...

Et pourtant, tout comme la langue ou la musique, le théâtre a sa grammaire, ses règles que l'on doit un jour maîtriser si on veut sortir du «tout venant» : au théâtre, tout est permis... sauf le «n'importe quoi».

Pour moi, la grammaire du théâtre concerne quatre éléments essentiels :

le corps (voix, regard, mouvement),

le mental (intelligence et émotion, énergie et générosité),

l'espace (scénique et public)

le texte (texte, sous-texte, non-texte, forme et contenu).

Ces quatre composantes doivent être abordées parallèlement, certes, mais aussi ensemble pour former un tout, solidement structuré, appelé «spectacle». Cette structure demande un travail grammatical.

Le travail sur le corps et sur le mental permet de créer un personnage vivant. Celui-ci portera le texte - éventuel -, tant dans la forme que dans le sens, et il évoluera, pour soi et pour les autres - protagonistes et spectateurs -, dans un espace judicieusement occupé et pertinemment habité.

Il ne fut pas facile d'énoncer le principe (la règle de grammaire) ci-dessus. Ce l'est moins encore de le (la) mettre en œuvre : c'est à cela que servent nos stages et ateliers.

C'est l'exercice qui fait le maître.

Alors, cent fois sur nos claviers faisons des gammes, car «sans technique un don n'est rien qu'une sale manie», comme disait ce feu bon vieux Georges.

Robert Germay